Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/04/2014

Quand on est dans la tempête on soutient le capitaine

FHOLLANDE-MVALLS.jpeg

François Hollande a entendu les français,il n'avait d'ailleurs jamais perdu le fil. Les marges de manœuvre sont très étroites , elles l'ont toujours été depuis le début du quinquennat. 

En réalité , si les difficultés sont bien présentes, il y a quand même un enfumage médiatique qui va bien au delà du rationnel et qui conduit à un climat délétère. Cela a certainement contribué de manière significative au score du FN dont ont sait qu'il se nourrit des peurs et des angoisses. Les polémiques internes du PS sur plus ou moins de gauche, qui relèvent souvent du fantasme ou de chapelles n'ont pas non plus arrangé et n'arrangent pas la situation . Ce à tel point que parfois il n'y a presque plus besoin d’opposition car nombre de membres qui devraient soutenir le gouvernement s'emploient à le démolir publiquement ou à râler en permanence au grès des médias . 

Quoiqu'en pensent tous les grands "yakas" de tous bords la situation est complexe . Il n’est pas possible de partager la richesse que l'on ne produit pas . Une entreprise c'est d'abord un carnet de commande . La seule stratégie qui vaille est donc une action simultanée et interdépendante sur la relance économique et la solidarité . Ce bien entendu en conduisant parallèlement des négociations à l'échelle européenne dont la renégociation des objectifs de déficit budgétaire et la mise en oeuvre de mesure de défense face à des puissances comme la Chine ou les USA qui ne se gênent pas pour faire du dumping tout en jouant des cartes protectionnistes. Dans ce schéma, la transition énergétique doit prendre toute sa place . D'abord parce que  la réalité , le bon sens , le respect des générations futures nous l'imposent . Puis parce que c'est également un fort potentiel de développement . De la même manière le secteur de l'économie solidaire doit être considérée dans un maillage cohérent . 

Enfin et ce n'est pas le moindre la France doit changer de perception du monde et se regarder au delà de son nombril cocardier.Le monde est aussi une chance , le repli sur soit toujours une perception tronquée. Puis la lourdeur de son organisation interne n'a d'égal que la complexification croissante des systèmes et contraintes administratives au bénéfice exclusif des initiés . Ainsi malgré les gouvernement successifs le pouvoir opérationnel est en réalité aux mains de staffs de hauts fonctionnaires dont la porosité avec les partis politiques n'est plus à démontrer. Cela entraîne d'abord une obsolescence du pouvoir politique et aussi  une forme de sclérose, une déconnexion au réel , une incapacité à imaginer des solutions véritablement nouvelles , une propension à maintenir les systèmes plus qu'à les réformer et travailler à leur efficience ( voir la loi de Parkinson ) . Or une véritable réforme de fond de tous le secteurs de la fonction publique s'impose, dans l'organisation, la formation . Le service public qui doit pleinement jouer son rôle n'est pas la fonction publique .

La situation n'est, pas simple, la France a de nombreux atouts mais elle doit se réformer pour faire face à un environnement mondialisé tout en mettant oeuvre la solidarité et la justice sociale qui sont le cœur de la république. Manuel Valls dont il faut saluer le courage a accepté la lourde tache de conduire l'équipe gouvernementale dans la tempête .Ce n'est pas une chose facile que de prendre cette responsabilité. Il en a toute la dimension. Dans tous les combats qui s'annoncent jamais il n'aura été aussi crucial de soutenir le Président de la république, le 1er Ministre et l' équipe gouvernementale .