Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/08/2014

Ménard confond messe et kermesse et se fait remettre à sa place par l'archiprêtre de Béziers

Dans un entretien  relaté par Midi libre Robert Ménard se félicitait d'avoir «  démocratisé la messe » à l'occasion de la Féria . Or comme nous l'avions évoqué , les autorités catholiques biterroises , très réservées sur cette « messe spectacle » , ne s'y étaient pas associé . Il n'en a pas fallu plus pour que le calice déborde, et que le Père Luc Jourdan , Archiprêtre de la cathédrale St Nazaire de Béziers, jusqu'alors discret, donne sont point de vue sur la question ( Midi Libre du 20/08/2014 – « L'archiprêtre de béziers réagit aux propos de Robert Ménard sur la Messe » )

Une remise en place en bonne et due forme

C'est dans des termes très explicites que le Père Luc Jourdan a exprimé ses positions  :

" Je ne pense pas que les citoyens de Béziers, catholiques compris, attendent de leur nouveau maire “une démocratisation de la messe”."  "Que chacun veille à respecter son domaine" . "Le culte catholique ne doit pas être instrumentalisé"

Les choses ont le mérite d'être claires. Pour l'archiprêtre de Béziers le Maire a outrepassé ses fonctions. Il n'est pas à sa place en tant que Maire et n'a pas jusqu'à preuve du contraire une quelconque légitimité en matière de culte .

Un maire dans la toute puissancemesse .jpeg

Qu'un élu de la république s’enorgueillisse de « la démocratisation de la messe » est déjà une ineptie contraire à tous les principes républicains et de laïcité , qu'il s’octroie le droit de s'immiscer dans les affaires religieuses en est une autre . Théoriquement la neutralité de l'état comme l'indépendance des cultes sont garanties par la loi de 1905 . « Celui qui a un avis sur tout » a tenu malgré tout à imposer sa grand messe publique en lieu et place de la traditionnelle cérémonie religieuse intime qu'il jugeait « VIP ». Sauf que sa conception de l'instrumentalisation de la religion et de la spiritualité n'est visiblement pas partagée par ceux qui en ont légitimement la charge. Hormis le fait qu'il n'a pas encore été ordonné « Évêque de Béziers » , Il lui aura sûrement échappé que la corrida a un aspect controversé y compris sur le plan symbolique . Communion et communication ne font pas toujours bon ménage. A moins qu'il n'envisage de créer une église « Bitéricane » inféodée à son endroit , il devra en tenir compte dans ses futurs plans associant les cieux à ses desseins.

La confusion identitaire permanente

Quand il évoque « la démocratisation de la messe » , le Maire de Béziers confond avec vulgarisation . En instaurant une messe comme un spectacle public de bonne place entre chevaux , taureaux et apéro, il n’y avait qu'une seule volonté , celle d’imposer un culte dominant conforme à sa conception de la primauté des « valeurs chrétiennes de l'occident » et bien sur de promouvoir l'idéologie identitaire correspondante . Donc rien de bien démocratique d'un point de vue républicain , religieusement pas très respectueux et surtout très discriminant . Il faut dire que , dans le même registre , la réalité de ce qui a été donné a voir dans «  Béziers retrouve sa féria » s'est avéré la encore beaucoup plus populiste que populaire. Vu l’annonce démagogique on aurait pu espérer mieux que des caricatures burlesques de représentations stéréotypées qui ne correspondent en rien la vraie richesse de la culture biterroise. Finalement , une charrette vaguement Sévillanne trimbalant Miss Béziers , deux ou trois bandas , quelques chevaux , une mise en scène pompeuse de célébrités locales et « une messe municipale » ont fait l'affaire . Bref rien de très traditionnel mis à part un hold-up sur de fausses vraies traditions, une culture imaginée par un « publicitaïre  » et aussi une baisse de fréquentation consternante que l'on se gardera bien d'avouer.

A la messe comme à la ville l'important c'est le show

Rien à dire même si tout ce qui brille n'est pas or. Professionnel des médias, le nouveau Maire de Béziers attiré par les projecteurs plus que par les lumières maîtrise et applique les techniques de communication à la lettre. On aura jamais autant parlé de Béziers dans des termes dont on se serait bien passé . Pour l’instant la stratégie « polémiticienne » a fonctionné , l'illusion de l’emballage. A la messe comme à la ville l'important c'est le show. Reste la vraie vie des biterrois, leurs difficultés , l'emploi, le droit de tous les citoyens d'exister et de vivre, le quotidien . Pas gagné . Béziers vaut plus qu'une messe théâtralisée , pour autant que visiblement pour Robert Ménard, les chemins de l'humilité et de la compassion demeurent encore un mystère . 

19/08/2014

Béziers : chacun sa crotte et dieu pour tous

Malgré la très célèbre mesure urgente prise par le nouveau bourgmestre de Béziers, dite "arrêté crotte de chien", les voies de la ville ont été frappées de déjections chevalines à la sortie de la messe municipale d'ouverture de la féria . Sachant que l’amende pour une commission canine a été fixée à 35€ , celle d'un équidé devrait être au moins du triple .Reste à espérer que dans un élan lyrique, le polémiticien local élu avec le soutien du FN n'envisage une mise en scène de la remontée d’Hannibal des arènes aux allées Paul Riquet car il est de notoriété publique que les pachydermes jouent dans la catégorie supérieure . Qu'à cela ne tienne il parait que le maire a le sens du spectacle et de l'ambition pour la ville .

cheval.jpeg

 

15/08/2014

Féria de Béziers : la messe est dite !

C'est fait , comme annoncé , la féria 2014 a été ouverte par une messe municipale publique . Au cœur de l’arène , en lieu et place des taureaux trônait un parterre d' une honorable assemblée au pied d'un autel immaculé . Au premier rang les notables de la majorité municipale élus avec le soutien du FN , leurs invités , le député UMP de la circonscription , autour, sur les gradins , le peuple.

Dommage pour les républicains laïques mais le nouveau bourgmestre de Béziers a pris l’habitude de faire feu de tous bois pour diffuser ses conceptions d’extrême droite. Donc rien d' étonnant qu' après le recueillement sur la stèle de L'OAS et un discours du 14 juillet qui ont offensé la république que l’événement le plus symbolique de la ville soit le théâtre d'un coup de sabre à la laïcité .L'opportunité de la récupération de cette fête emblématique à des fins de propagande sur le registre du retour aux "vraies valeurs" et à la mode de la "Ligue du Sud" était trop belle pour ne pas jouer un coup de com' supplémentaire bourré de clichés et de traditions de pure invention . Mensonge ou réalité , qu'à cela ne tienne la stratégie identitaire consiste à sacraliser des "icônes " , figer des représentations collectives , consacrer des blasons puis au final à s'approprier une histoire travestie ainsi qu'une une religion qui serait « officielle » et « culturelle ».

Malgré ce pas si facile d'obtenir les faveurs du paradis pas plus que des saints . Il se dit que les obédiences Biteroises auraient décliné l'invitation du nouveau pontife municipal autoproclamé à faire de la figuration dans  sa « messe spectacle » . Cela paraîtrait fondé car il s'agit d' une instrumentalisation du culte et une intrusion dans les affaires religieuses . Ce pour autant que la philosophie identitaire de la religion est très proche d'une forme d'intégrisme légitimiste version nouveaux croisés et racines chrétiennes de l’Europe 1 . Donc qu’elle divise, stigmatise , hiérarchise les croyances et participe de l'exclusion de citoyens, ce sans parler de prises de positions extrémistes fondamentalistes .

Quoi qu'il en soit les bitterrois d'autres confessions, athées ou agnostiques ont été exclus de fait de la cérémonie présentée comme l'ouverture de la fête de la ville . Pas de palmes républicaines pour le Maire et sa majorité municipale qui  ont sciemment nié une bonne partie des citoyens et se sont assis sur la loi de 1905. Reste à savoir omis la publicité qui a été faite de cet événement religieux dans le programme municipal de la Féria quelles ont été les éventuelles contributions financières ou en nature directes ou indirectes de la Ville de Béziers . Pour sur que la question ne manquera pas d'être posée et des suites envisagées en fonction des réponses . Les oreilles de la laïcité auront peut être été arrachées dans l'arène mais pas les yeux.

messe feria beziers 2014- 1.jpeg