Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/05/2014

Maraussan : Jean Christophe Cambadélis fait l'unité sur les traces de Jaurès

Il y a des soutiens qui font chaud au cœur , des présences remarquables . Le biterrois , meurtri par l’élection ultra-médiatisée à Béziers d'un proche du FN et d’organisations identitaires, en avait besoin. Jean- Christophe Cambadélis était présent au coté des JC cambadélis.jpegmilitants à Maraussan lors du banquet républicain de lancement des commémorations du centenaire de la mort de Jean Jaurès qui a eu lieu le 10 mai , date anniversaire symbolique de l’élection de François Mitterrand . S’agissant d'un de ses tout premiers déplacements officiels en tant premier secrétaire national du parti socialiste , il convenait de le saluer.

Face à plus de 300 socialistes , militants ,sympathisants , élus, en présence d'Eric Andrieu et Virginie Rosière candidats à l'élection européenne sur  liste choisir notre Europe  , ll s'est adressé aux socialistes de l'Hérault en citant un article du grand homme relatant sa visite à Maraussan , il y a un peu moins de 100 ans  : « ces grandes et fortes pensées qui mettent une fierté et une joie au regard des bons vignerons maraussanais recevant leurs amis socialistes et parlant avec eux de l'avenir ».

Aujourd'hui comme hier c'est bien d'avenir et d'unité dont il a été question car si les lignes du passé font ouvrage , celles du présent conjuguent le futur . La même convergence des femmes et des hommes de progrès sont le moteur de la transformation . Jean Jaurès , réformateur humaniste avait non seulement saisit l'esprit de son temps mais il l'avait anticipé. Il avait tout fait pour conjurer la guerre , il en est mort assassiné .

L’Europe fait partie de ces rêves de paix progressistes qui doivent poursuivre de se construire . L'édifice de paix est fragile ,les prédateurs sont toujours en embuscade.choisr notre europe .jpeg Leur terreau , c'est la misère , à défaut de cultiver l’espoir ils font pousser la haine .Le souverainisme a toujours des accents de "va-t-en-guerre " , le passé en témoigne . On ne dira jamais assez que l'Union Européenne est un germe de paix.

Malgré ce l'Europe ne peut se restreindre à un big deal . La construction sociale est un besoin pour les peuples comme elle est une condition nécessaire . C'est une question non pas d'harmonisation mais d'harmonie . Les inégalités sociales sont toujours des fausses notes . Aujourd'hui il est question d''élire l'orchestre d'union européenne , puis son chef d’orchestre et non pas des musiciens qui jouent leur petite musique nationale et personnelle . Le Parti Socialiste Européen qui porte la candidature de Martin Schulz pour la présidence de la commission est dans cette dimension et cette vision globale humaine, économique , sociale et environnementale.

Jean- Christophe Cambadélis qui a conclu par cette phrase de Jean Jaurès l'a exprimé avec force : " L'heure n'est plus au scepticisme, au dilettantisme et aux fantaisies , mais à l'action " . Si le sens des aiguilles est intemporel, la pensée comme le monde ne peuvent se figer à la nostalgie du temps dépassé .Que les adeptes de l'heure d'été et ceux de l'heure d'hiver accordent leurs pendules et mettent leurs montres à l'heure de l'action.

Lire le discours de Jean-Christophe Cambadélis, « Le centenaire de la mort de Jean Jaurès » à Maraussan, le 10 mai.

maraussan .jpeg

15/04/2014

Il faut réformer le Tirex

A chaque fois qu'un responsable politique national tel qu'il soit ose dire qu'il inscrit la réforme territoriale sur sa feuille de route c'est une levée de bouclier et une volée de bois vert assurée. Chacun y allant de la défense de ses près carrés et du cataclysme inévitable qui s'en suivra . Pour sur que la France et les Français ne s'en remettront pas . Pourtant il y a des lustres que le cheval n'est plus le moyen de transport du royaume de France. Pourtant nombre de pays ont adopté une organisation plus efficiente et adaptée aux enjeux d'une économie mondialisée .

Par contre il parait évident qu'un tel projet doit être discuté. Il le sera de toute manière ne serait ce que parce ce que soumis au parlement . Faire croire le contraire et crier au coup d'état serait un quelque peu très exagéré. Un processus ouvert , de véritables instances de concertation , la participation des acteurs régionaux sont des conditions préalables pour que la montagne n'accouche pas d'une de ces belles réformes inefficiente venue d'en haut si chère à l'état Jacobin . De nombreuses questions de fond méritent d'être clarifiés hors d'effets d'annonce : cohérence du schéma global, les compétences, les marges d'autonomie , l'articulation, la réelle décentralisation, les transferts de charges , la fiscalité, l'équité des territoires et évidemment quels regroupements éventuels. La fin naturelle des conseil généraux est par contre inévitable dans un schéma cohérent de modernisation . C'est ou les agglomérations ou les conseils généraux .

Toutefois , un schéma d'analyse et de concertation n'induit pas d'assécher la mer pour noyer tous les poissons. Le risque bien connu est la construction une usine à gaz qui à force d'amputations, d’aménagements, de compromis vide de tout son sens jusqu'à en devenir squelettique voire ridicule toute mesure de changement . Ce qui est d'ailleurs le cas aujourd'hui . Le mi-figue mi-raisin ne donne jamais de bon vin et à fortiori de grands crus. On voit déjà pointer à l'horizon une mégatonne de bonnes raisons aussi incontournables les unes que les autres qui justifient dérogations, exceptions, impossibilités et on en passe .

Au départ du championnat de la résistance au changement les starting blocks sont tous occupés . En réalité nombreux sont ceux qui considèrent que la France doit se moderniser en restant comme avant . On oppose une légitimité irrationnelle à la véritable utilité et à l'intérêt général. Puis comme on a jamais vu les dindes fêter noël il n'y a pas non plus de bousculade pour instaurer "thanksgiving " au pays du coq . C'est pourquoi si personne ne prend le taureau par les cornes le mille feuille administratif continuera à être une véritable tarte à la crème au menu de tous les gouvernements.

tirex.jpeg

17:54 |  Facebook | |

15/11/2013

Scènes de racisme extraordinaire

On les croyait partis, ils étaient seulement assoupis . Il est bien entendu question des "racistes" , c'est à dire ceux qui n'ont pas de perception de ce qu'est la véritable humanité  et qui s'autorisent à classer les humains en "races" ,à les hiérarchiser et à le théoriser . Pour tout raciste, "la race" à laquelle, il ou elle estime appartenir est supérieure aux autres "races" qu'il ou elle juge évidement inférieures et entend dominer ou exclure . Ces conceptions perverses sont à l'origine de l'esclavage et de bien d'autres fléaux qui ont entaché l'humanité . Le racisme s'oppose aux droits de l'homme ,à l'égalité des citoyens qui constituent le socle des valeurs de la république, il est donc par essence contraire et ennemi de la République.

Malgré cela , aujourd'hui en France , la presse d’extrême droite choisit sciemment de faire sa une des injures racistes proférées à l'encontre de Madame Christiane Taubira , Ministre de la justice de la République Française. Cela nous insulte tous . Le gouvernement de la République, par la voix de son Premier Ministre a fermement condamné ces propos, marqué son indignation et diligenté les actions adéquats. Tous les recours de droit à l'encontre des responsables de ces propos révoltants et de ce titre inacceptable doivent être engagés avec la plus grande fermeté .L'injure raciale, qui est un délit, n'est pas anodine, c'est un élément d'une chaîne de déqualification et de négation qui incite, conduit aux actes racistes et les justifie. C'est une atteinte à la dignité humaine des personnes .

Il y a grand danger , ceux qui maîtrisaient déjà l’ensemble des mécanismes de propagande, de manipulation et d'incubation en période de crise , sont en capacité d'étendre aujourd'hui plus qu'hier leur influence via les médias et les réseaux modernes . Cerbère a trois têtes , la première pourrait prendre l’aspect d'une organisation politique « respectable» , la seconde pas du tout et conserver tous les attributs d'antan , la troisième être discrète mais commander les deux autres. Quand la seconde tête commence à pointer de plus en plus régulièrement l’enfer n'est pas loin .

cerbere.jpeg