Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/10/2014

Béziers : Blouse en stock

Selon Midi Libre qui  dit avoir contacté  le fournisseur, 1250 blouses ont été livrées à la ville . Seul problème, le Maire a peut être voulu blouser trop vite les écoliers biterrois car seule l’école privée Sainte -Madeleine s'est portée acquéreur. Et pour cause , la tenue y était déjà de rigueur . Pour l’instant les premiers conseils d'école des écoles publiques n'ont pas adopté le port de la blouse dans leur règlement intérieur . Il paraît peu probable que les autres le fassent . D'ailleurs si par un extraordinaire hasard une école publique y consentait, il n'y aurait en fait aucune réelle obligation car sauf activité particulière et respect des lois , la tenue relève de la liberté de chacun.

Moralité , encore une polémique stérile . Comme s'il n'y avait pas d'autres sujets d’importance que de discutailler chiffon , comme s'il n'y avait pas d'autres priorités que d'engager les finances de la ville dans un uniforme scolaire au blason aussi royal soit-il . N'y avait t-il pas de dépenses plus urgentes ,comme par exemple l'entretien des locaux ou les activités éducatives ?. Tant qu'on y est pourquoi ne pas revenir à l'interdiction du port du pantalon pour les filles ?  pourquoi ne pas abroger l'école mixte au nom de on ne sait quel prétexte ?

En réalité on aura bien compris qu'il ne s'agit que d'un coup de propagande supplémentaire dans la droite ligne d'une idéologie rétrograde . Une provoc ' comme on dit de partout, une de plus comme on le dit à Béziers . Rien à voir avec une pseudo volonté de gommer les inégalités sociales , ça c'est l'emballage . S'il suffisait d'une blouse ça se saurait. Quoi qu'il en soit les blouses du Maire qui n'ont pas fait un carton ont de grandes chances d'y rester . Peut être trouveront-elles une seconde vie lors de braderies voire d'un classement collector . Par contre ce qui est sur c'est que l'addition des coûts de blouse sera bel et bien bien payée par les biterrois . Adieu blouse, blason et écusson …..on connaissait l’opéra rock , à Béziers, la municipalité «  FN compatible » invente l'opéra blouse . Les mesures « tragi comique » ont encore malheureusement de beaux jours devant elles avant la levée du rideau.

 blouze de beziers.jpeg

 

18/10/2014

Béziers capitale de l'extrême droite ?

Depuis l'arrivée de Robert Ménard à la mairie de Béziers on aura jamais autant vu d'individus qui se situent dans la mouvance identitaire et de toutes ses subtiles nuances bleu marine , en passant du bleu outre-marine aux bleus les plus sombres. Comme les aimants attirent le fer, le nouveau Maire s'attire la nébuleuse planète d'extrême droite . A chaque jour suffit nos peines , à Béziers, seul le dimanche n'est pas jour de polémique et encore .

Dans la lignée de moults « pièges à com' » , la dernière en date est selon la presse, l'écriture ou plutôt la mandature d'un livre sur Béziers qui serait confiée non pas à un historien du cru , ou un éminent spécialiste mais au sulfureux Renaud Camus . Lequel vient d’être condamné en 2014 pour "provocation à la haine et à la violence contre un groupe de personnes en raison de leur religion " . Si on en doutait encore , Béziers est vraiment devenue une terre d'asile d'illustres  libres panseurs qui se plaisent  à stigmatiser et déblatérer des propos haineux .

Enfin, heureusement que Monsieur Ménard est là pour "  sauver Béziers " ,on l'attendait pour publier un véritable livre sur la cité dont il ne manquera sûrement pas de commettre la préface .Ira t-il jusqu'à proposer une version en araméen , versus croiseur . Peut être pas car le véritable sens des anciennes langues du livre échappe aux "lance-pierres" .

béziers,ménard,renaud camus,livre

Le Monde  17/10/2014 : "Robert Ménard commande à Renaud Camus un livre sur Béziers"

L’express -22/02/2014  : "Renaud Camus poursuivi pour incitation à la haine raciale »

02/10/2014

La Mairie de Béziers descend la culture

Mise à mort des festivals "Festà d'Oc" et "Swing les pieds dans l'Orb"

Ça « blouse » sur un rythme d'extrême droite

Béziers n’a pas fini d'avoir la gueule de bois . La nouvelle municipalité « blouse » mais ne swingue pas, elle « blasonne » mais elle ne soutient pas la culture occitane . Toutes les municipalités dirigées par l'extrême droite ont toujours mis à mal la culture pour la remplacer par des fables identitaires . A Cogolin , le maire FN vient de de refuser la tenue d'un spectacle de danse orientale car il préfère les fifres. Ce qui n'est pas du tout incompatible car on peut aimer les deux et s'en trouver enrichi. A Hayange, un autre Maire FN a fait repeindre une œuvre d'art en bleu piscine par les services municipaux car la couleur ne lui plaisait pas. A Béziers Robert Ménard , proche du FN organise une messe municipale dans les arènes aux accents aussi locaux que la soupe au pistou à New York mais  annule les "Festà d'Oc" de Béziers, la Cathare et le festival "swing les pieds dans l'Orb "qui se tenait au pied du pont historique .

Table rase au lieu de table ronde

Pourtant la culture occitane est fortement présente à Béziers . Le Cirdoc , centre ressource de la langue et de la culture occitane de renommée internationale, soutenu par la Région Languedoc Roussillon y est d'ailleurs implanté. Si le festival tel qu'il était conçu pouvait évoluer vers plus de mise valeur des richesses de la culture occitane , il aurait été préférable d’engager un dialogue avec les associations et les partenaires au lieu d'une décision arbitraire de suppression . Le festival de swing les pieds dans l'Orb était quant à lui le fruit d'une dynamique extraordinaire des associations du quartier du Faubourg qui avaient réussi le tour de force de mettre en place un festival de haut niveau fréquenté à la fois par les habitants du quartier , tous les biterrois , des connaisseurs venus de toute part , de la région et d'ailleurs , des vacanciers . Tout simplement une magnifique réussite . Durant quatre ans , des artistes prestigieux comme Sansévérino, Al Di Méola, Michel Jonasz et d'autres musiciens talentueux ont fait vibrer un public dans un décors somptueux , au pied du pont vieux, avec en toile de fond la vue magique de Béziers coté Orb . La culture c'est cela , c'est le mélange de toutes les populations ,jeunes moins jeunes, de toutes origines, c'est le brassage , c'est l'expression, c'est la communication , c'est la découverte, c'est la création . Le festival les pieds dans l'Orb c'était tout cela et plus encore . C'était l’œuvre collective de passionnés de leur quartier autour d'un événement de qualité qui réunissait tout le monde, créait des liens et mettait en valeur le quartier et la ville .

On a plus qu'à aller se coucher 

Pour justifier des choix arbitraires , une ligne de rupture et de « fractionnement » , l'adjointe au Maire en charge de la culture s'appuie sur une étude de la CCI qui aurait mis en avant un besoin de plus d'animation en journée. Cette étude ne peut être sortie du contexte. il s'agit d'une approche complémentaire et non d'une opposition . La valorisation du patrimoine , les événements culturels de différentes durées ou permanents sont effectivement des facteurs d'attractivité dans un schéma de cohérence globale et de mise en tourisme . Aucune confusion entre culture et animation commerciale .Le fond du problème  est que l'extrême droite ne considère pas la culture comme un moyen d'expression au service du « vivre ensemble » mais comme un élément d'affirmation de critères subjectifs qui forgeraient une indenté et exclurait ceux qui n'y correspondent pas . L'opposition à la notion de « mufti-cuturalité » est un des fer de lance du FN. Il y a également la fameuse lutte contre « la pensée unique» . La « pensée unique » c'est la pensée républicaine laïque , la solidarité , l'équité, le progrès social . La « pensée pas unique » c'est le droit de stigmatiser et de déblatérer des théories douteuses parfois réprimandées par la loi comme par exemple les propos racistes et discriminants. Les prétendus militants des libertés qui prônent ce type de théories ne sont pas porteurs de liberté d’expression mais des messagers de la discorde. A Béziers cette conception fallacieuse de la « libre pensée » se traduit par la mise en place de conférences municipales . La ville aura donc le plaisir d'accueillir des polémistes nationaux qui viendront tour à tour faire l’article , pub et salle gratuite aux frais du contribuable. Le « spectacle » sera joué sur une scène biterroise ultra médiatisée digne d'un nouveau concept du style «  On a plus qu'à aller se coucher » . Comme si on avait pas assez de polémiticiens locaux pour que la vile soit le terrain de villégiature de tous les controverseurs identitaires de France et de Navarre . Le maire a t-il l'ambition de faire de Béziers une scène nationale du genre ou de lancer un festival international ? Il y a des notoriétés médiatiques dont la ville se passerait bien . Sur l'échelle de la culture on est très loin du premier barreau. Vu la ligne directrice qui semble être suivie, on peut aussi quand même se permettre d’émettre des réserves sur les motivations réelles de «il faut  sauver la librairie Clareton » et de l'investissement municipal.

Vivement demain

A Béziers d’aujourd’hui l'expression de la culture locale s’arrête la ou la culture « low coast » des coucous du « vu à la télé » fait son nid ,à Béziers d'aujourdh'hui  le troubadour occitan tait son poème pendant que l'orchestre multicolore « blouse » son swing . Vivement demain.

ménard,béziers,culture,fn,festisval les pieds dan l'orb,festa d'oc,occitan