Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/04/2014

Résultat de l'élection du Président de l'agglomération Béziers Méditerranée : l'isoleur , isolé

béziers,communauté d'agglomération,frédéric lacas,robert ménard,présidence

Frédéric Lacas a été élu à la majorité absolue, au premier tour , à la Présidence de la communauté d'agglomération  Béziers Méditerranée . C'est un soulagement immense. L 'agglo de Béziers ne sera pas la première agglo dirigée par un élu soutenu par le FN et un cocktail d'extrême droite . Les républicains ont dit non !

Félicitations à Frédéric Lacas , nouveau Président et au sens républicain des maires et des élus de l'agglo. C'est l'intérêt général qui l'a emporté . Frédéric Lacas , Maire de Sérignan, Vice Président en charge du tourisme dans la précédente organisation communautaire, a une appréhension globale du territoire, des enjeux, des atouts .Il affiche une volonté de promouvoir les coopérations,  fédérer les énergies, organiser des synergies avec tous les élus du territoire et les collectivités territoriales partenaires. Dans le cas contraire l'agglo aurait rejoint Béziers dans son isolement sous l'égide d'un féru de communication et d'effets d'annonce polémiques . Fort heureusement, il n'y aura pas de « couvre feu » sur l'agglo.

Anecdote ou pas , après l’élection, la crispation et les petits sursauts d'humeur du très médiatique Robert Ménard étaient assez perceptibles pour qui est attentif. Or cet échec n'a rien d'étonnant. Auto parachuté sur le Biterrois avec l'adoubement de la générale en chef du FN , il a conquis Béziers dans une situation très particulière de crise , en mettant en exergue les difficultés, en donnant à entendre ce que les sondages d'opinion lui ont dit et en appliquant à son bénéfice ce qu’il dénonce par ailleurs, à savoir une gestion très médiatique couverte localement m
ais aussi nationalement. Sauf que « vu à la télé » ne fonctionne qu'un temps . Lui qui sans aucune expérience envisageait un peu rapidement une ascension fulgurante, s’apprêtant déjà à concéder baronnies et titres , a appris à ses dépends la loi de la pesanteur . Le Maire de Béziers n'avait aucune légitimité particulière de plus qu'un autre . Les textes ne prévoient pas d’exclusivité .Ce qui prévaut par contre c'est la capacité à rassembler et à prendre en compte l'intérêt général en dehors de toute considération partisane . Les conseillers communautaires, élus pour la première fois au suffrage direct lors du scrutin municipal , ont choisit démocratiquement , en conscience, lors d'un vote à bulletin secret . Qui prétendrait le contraire serait de mauvaise foi ou mauvais perdant . 


Aujourd'hui est une grande victoire mais Béziers reste malgré tout dirigée par une majorité soutenue par le FN et un bouillant élu inexpérimenté qui semble plus attaché à des mesures symboliques très discutables qu'à la mise en œuvre d'une gestion pragmatique . Ainsi le sentiment de « toute puissance » va bientôt heurter le mur de la réalité . Les biterrois s’apercevront bientôt que les annonces ne changent pas plus leur quotidien qu'elle ne remplissent leurs assiettes . Fort heureusement pour Béziers, tous les œufs ne sont pas dans le même panier . La Présidence de l'agglomération par un élu expérimenté du territoire, enclin a c
onsidérer l’intérêt général, la concertation et l'avenir est un gage d'équilibre . En effet nombre de compétences d’importance relèvent de l’organe communautaire . L'intérêt collectif , celui des habitants de Béziers continuera quant à lui à être garanti par une assemblée communautaire qui comporte 30 élus de Béziers sur un total 65 ainsi que par les différentes instances collégiales . Dans ce cadre , nul doute que le Maire de Béziers pourra s’investir comme tous les maires et les élus le font , être force de proposition constructive et participer à la dynamique collective de développement du territoire .

16/04/2014

Ménard , Duc de Béziers ou Maire post républicain ?

béziers,ménard,royalistes,blason,fn,identitaires

Il n’aura fallu que quinze jours après son élection , pour que le très controversé nouveau maire de Béziers ramène la cité à son moyen âge ( « voici le nouveau logo de la Ville ». Midi libre.fr du 15/04/2014) . Comme nouveauté , on aura vu plus futuriste Blason béziers.jpegque l'idée géniale de la remise en service expresse du très moyenâgeux blason de la ville de Béziers sur lequel figurent notamment trois fleurs de lys. Pas besoin d'attendre un discours convenu d'historien du café du commerce du type : «  Ce blason c'est les armoiries historiques de la ville de Béziers , il est le véritable symbole de la ville , le seul a être légitime, ect... » . Effectivement , l'authenticité héraldique du blason en question est incontestable comme il est incontestable que la fleur de lys est l'emblème du rattachement à la couronne de France et à la royauté de droit divin. Sauf qu'entre temps il y a eu la révolution française et par la suite la séparation des églises et de l'état .

Il ne faut pas sous estimer la puissance des symboles surtout quand c'est des professionnels qui en connaissent parfaitement la portée qui en usent . Nombre de territoires ou villes utilisent un blason ou un logo de leur choix.Pourquoi ou pourquoi pas est un vaste débat dans chaque situation et à la faveur des objectifs poursuivis . Ce qui est important c'est pourquoi, ici à Béziers, Robert Ménard, homme de communication, très déterminé dans ses orientations politiques , élu depuis quinze jours, fait l'annonce de cette décision. Pourquoi il choisit ce blason , pourquoi il s'arroge le droit de le faire , puis pourquoi il a intérêt à ce qu'on en parle .

Il s'agit tout d'abord, bien évidemment d'une manœuvre stratégique et de communication.De l'enfumage comme on le dit couramment. Même fraîchement embarqué sur sa galère , en ayant rien fait , il veut donner l'impression d'agir immédiatement et de la rupture. Puis comme un démagogue peut en cacher un autre, dans le droit fil de sa ligne stratégique, il continue à développer une communication à son avantage autour de la restitution de la véritable image de la ville aux habitants. Enfin et c'est bien normal, il en profite au passage pour renforcer sa propre légitimité en s'appropriant la seule identité collective qu'il considère historique et légitime . Bref il ressort les anciens blasons du placard pour mieux redorer le sien 

La suite est beaucoup moins drôle car il est question de partis pris idéologiques très inquiétants qui ne sont pas des moindres , et la c'est une autre histoire . Le choix d'un blason avec des fleurs de lys ne peut être un hasard et avoir pour unique raison « la restauration du blason biterrois perdu » . Quand on connaît les conceptions identitaires développées par Robert Ménard, il n’y a pas besoin d'être archéologue pour en décoder le sens . D'ailleurs comme il se plaît à le clamer à raison , il n'est pas que le candidat du FN. C'est vrai, il est aussi assez proche de mouvements souverainistes, royalistes, identitaires et on en passe . On aura bien compris que la pilule que l'on essaye de nous faire avaler est une mixture de synthèse d’extrême droite . En terme clairs , le blason aux fleurs de lys , sorti des archives par Sieur Ménard colle au personnage et à sa conception de ce qui forge l'identité et l'histoire collective de la même manière que l’imagerie de Jeanne d'Arc a été récupérée par le front national .

La situation de crise de Béziers et la désespérance ont elles favorisé l'émergence d'un bourgmestre stratège qui s'est servi de la république pour entrer au château mais qui ne la sert pas vraiment ? La question reste posée . Dans tous les cas s'il est aujourd'hui "Duc de Béziers " pour six longues années reste à espérer que le sens républicain et de l’intérêt général du territoire l'empêchent d’accéder au titre de  "Baron de l'agglo" lors d'un vote qui s'annonce crucial et que l'on peut dores et déjà qualifier de vote de l'angoisse. 

21:58 |  Facebook | |

15/04/2014

Il faut réformer le Tirex

A chaque fois qu'un responsable politique national tel qu'il soit ose dire qu'il inscrit la réforme territoriale sur sa feuille de route c'est une levée de bouclier et une volée de bois vert assurée. Chacun y allant de la défense de ses près carrés et du cataclysme inévitable qui s'en suivra . Pour sur que la France et les Français ne s'en remettront pas . Pourtant il y a des lustres que le cheval n'est plus le moyen de transport du royaume de France. Pourtant nombre de pays ont adopté une organisation plus efficiente et adaptée aux enjeux d'une économie mondialisée .

Par contre il parait évident qu'un tel projet doit être discuté. Il le sera de toute manière ne serait ce que parce ce que soumis au parlement . Faire croire le contraire et crier au coup d'état serait un quelque peu très exagéré. Un processus ouvert , de véritables instances de concertation , la participation des acteurs régionaux sont des conditions préalables pour que la montagne n'accouche pas d'une de ces belles réformes inefficiente venue d'en haut si chère à l'état Jacobin . De nombreuses questions de fond méritent d'être clarifiés hors d'effets d'annonce : cohérence du schéma global, les compétences, les marges d'autonomie , l'articulation, la réelle décentralisation, les transferts de charges , la fiscalité, l'équité des territoires et évidemment quels regroupements éventuels. La fin naturelle des conseil généraux est par contre inévitable dans un schéma cohérent de modernisation . C'est ou les agglomérations ou les conseils généraux .

Toutefois , un schéma d'analyse et de concertation n'induit pas d'assécher la mer pour noyer tous les poissons. Le risque bien connu est la construction une usine à gaz qui à force d'amputations, d’aménagements, de compromis vide de tout son sens jusqu'à en devenir squelettique voire ridicule toute mesure de changement . Ce qui est d'ailleurs le cas aujourd'hui . Le mi-figue mi-raisin ne donne jamais de bon vin et à fortiori de grands crus. On voit déjà pointer à l'horizon une mégatonne de bonnes raisons aussi incontournables les unes que les autres qui justifient dérogations, exceptions, impossibilités et on en passe .

Au départ du championnat de la résistance au changement les starting blocks sont tous occupés . En réalité nombreux sont ceux qui considèrent que la France doit se moderniser en restant comme avant . On oppose une légitimité irrationnelle à la véritable utilité et à l'intérêt général. Puis comme on a jamais vu les dindes fêter noël il n'y a pas non plus de bousculade pour instaurer "thanksgiving " au pays du coq . C'est pourquoi si personne ne prend le taureau par les cornes le mille feuille administratif continuera à être une véritable tarte à la crème au menu de tous les gouvernements.

tirex.jpeg

17:54 |  Facebook | |