Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/01/2013

Béziers : Les résultats commerciaux ne font pas de cinéma

Le Midi libre vient de publier un article sur les résultats des deux multiplexes cinématographiques de l’agglomération de Béziers . Le premier et le plus ancien , le méga CGR , implanté à Villeneuve les Béziers dont les parts de marché sur le Biterrois se situent autour de 70% , le second et le plus récent , le multiplexe Monciné, situé au polygone à Béziers .Hormis les considérations spécifiques relatives au secteur d'activité et à la conjoncture sectorielle , cet article comparatif appelle une analyse locale argumentée qui dépasse toutes considérations partisanes, notamment sur le nouvel espace commercial polygone ouvert en septembre 2010 .

En effet, selon les chiffres avancés, après deux exercices ciné.jpegpleins, le multiplexe du polygone est loin du seuil de rentabilité qui nécessiterait encore une progression de plus de 35 % . C'est pourquoi la direction Nationale de Monciné qui considère que "Les Biterrois mettent plus de temps que prévu à s’approprier les lieux." n’envisage pas l'équilibre avant quatre ou cinq ans d'exploitation au lieu des trois initialement prévus. Elle met par contre en avant la création d'un nouveau public estimé à 7 ou 8% . Effectivement Il existe peut être un nouveau public mais il est aussi possible de considérer comme le directeur du CGR de Villeneuve les Béziers que la concurrence "n’a pas créé de nouveaux spectateurs, mais multiplié les possibilités de voir des films à des séances différentes". C'est à dire en termes clairs que l'offre s'est diversifiée mais que le gâteau n'a pas grossi .

Sans généralisation systématique, ce précepte pourrait s'étendre aux autres activités . A Béziers, Il parait évident que la multiplication de l'offre commerciale de proximité sur des segments de même nature n'a pas induit un développement de la clientèle . D'ailleurs comment en aurait-il pu en  être autrement sauf à devenir la Silicon vallée du commerce de détail. Si la concurrence est un facteur d'émulation et de structuration de l'offre la « sur-concurrence organisée » conduit à un déséquilibre structurel . Ce pour autant qu'en réalité la stratégie des décideurs locaux actuels a été construite sur des considérations immobilières et non au service d'une véritable politique économique génératrice d'activité et d'emploi.

Trois erreurs stratégiques majeures ont été commises . La première consiste à croire que la création ex nihilo d'un nouveau complexe commercial est en capacité de générer seule une nouvelle clientèle et de nouveaux achats sans une véritable approche marketing cohérente intégrée à une stratégie et une dynamique globale . Pas de nouveau marché, pas de nouvelle clientèle , pas de nouveau magasin. La seconde a été de positionner le nouveau complexe commercial sur le même segment et le même principe que la majorité des centres commerciaux de ce type que l'on trouve en France et partout en Europe. C'est à dire un espace commercial composé d’enseignes franchisées de gamme moyenne qui sont globalement les mêmes à Paris, Madrid, ou Marrakech . Pourquoi le narbonnais préférait-il acheter au Polygone plutôt que de faire quelques kilomètres de plus vers Perpignan , l'espace commercial frontalier Perthus / la Junquera ou même de pousser un peu plus loin vers Las Rocas , le village des marques ? Enfin la troisième et la plus douloureuse a été de sacrifier le centre ville sur l'autel de l’incohérence et de la spéculation.

Aujourd'hui la situation n'est satisfaisante ni pour les uns ni pour les autres et encore moins pour les habitants du Biterrois . Le centre ville agonise et le crie , pour l’instant coté Polygone c'est silence radio et « tout va très bien Madame la marquise » . Sauf que l'on pressent bien que la situation n'est pas simple . D'ailleurs autant couper court d'emblée à tous ceux qui considèrent qu'avoir une autre analyse qu'eux c'est dénigrer .Il convient d’affirmer si cela était nécessaire que la structuration, la réussite économique de tous les espaces commerciaux Polygone, centre ville et autres sont des enjeux d'intérêt général . C'est bien pour cela qu'il faut s'en saisir et envisager d'autres alternatives ce pour autant que l'agglomération de Béziers et la Ville sont largement impliquées financièrement que ce soit par des financements directs , contribution indirectes et cautionnement.

Il y a erreur sur la méthode et sur le fond. Des coquilles vides n'ont jamais fait un œuf même si la poule se plaît à chanter . Le développement de Béziers et du Bitterois est lié à l'affirmation et la réappropriation de son identité et non à des « copié collés » de ce qui existe par ci par la , de ce qui est à la mode ou qui fait moderne. Pour prendre l'exemple au combien sensible de Montpellier , Georges Frêche et ses équipes ont construit le développement de la ville sur une identité forte et l'innovation . Montpellier n'est pas devenue une ville universitaire , ses universités étaient déjà renommées au moyen âge . Elle s'est par contre organisée politiquement, structurellement et dans l'espace pour le révéler à nouveau au Monde . Béziers ville de talents, de terroirs , de savoir faire, de richesse humaine, territoire d'alliance entre mer, vignoble et cultures a tous les atouts pour réussir pour autant qu'elle fasse la paix avec elle même, qu'elle se reconnaisse pour ses qualités, qu'elle s'appuie sur ce qu'elle est .

Alors pour revenir à la métaphore cinématographique, quand le film devient pénible du fait des réalisateurs autant réécrire le scénario, autant changer l'équipe de tournage, autant renvoyer les acteurs fatigués à leurs pénates, autant laisser de coté les séries B pour s'engager dans une version tout en couleur ou alors un de ces noir et blanc choisi qui constitue un parti pris artistique . Dans les multiplexes démocratiques chaque citoyen dispose d'un ticket d'entrée soit pour un remake soit pour un retour au box office. 

Article du Midi Libre du 10/01/2012 : "2012 année en dents de scie pour les cinémas Biterrois"


10/12/2012

Législatives Béziers : Réunion publique de Dolores Roqué avec Manuel Valls

Dolores Roqué- réunion avec Manuel Valls -10-12-2012-  2eme tour législatives Béziers.jpeg

Législatives partielles Béziers: l'abstention largement en tête du 1er tour

Avec presque 60 % des électeurs qui ne sont pas allés voter l’abstention est non seulement en tête , mais majoritaire de ce 1er tour des élections législatives partielles de Béziers , et ce bien avant le candidat d'une UMP qui n'en finit plus de jouer à « cache cache », puis à « coucou me revoilou »dolores roqué,manuel valls,élection législative,béziers,parti socialiste

Quoiqu’en disent les leaders nationaux de l'UMP, professionnels du feuilleton de la discorde et mauvais èlèves de la démocratie interne, il ne faut pas en tirer des conclusions nationales trop hâtives et plus démagogues que celles de Midas. En réalité le Dallas médiatico politique que nous offre l'UMP a eu pour effet d'écœurer toute une partie des Français . Ce sentiment a été contagieux pour l’ensemble des organisations politiques sans présumer d'une quelconque analyse irrationnelle sur ce qu'aurait pu être le vote des électeurs qui ce sont abstenus s'ils avaient voté. Le discours qui consiste a toujours ramener la couverture à soit quelque soit la parole des électeurs relève non seulement d'un opportunisme éhonté sans scrupules mais est aussi un tue-démocratie .

Sarkozy a déjà pris les salariés et le peuple pour des imbéciles . Il a été sanctionné par urnes. Est-il vraiment nécessaire de se faire gruger deux fois en votant pour ses petits copains ou en s'abstenant ? Ils ont été aux manettes pendant plus de 20 ans. Qu'ont-ils fait ? Il ne faut pas se tromper ,il n'y a pas de droite sociale . Tous les députés de droite votent les textes de droite et sont réfractaires au progrès social et au partage de la richesse. Les français modestes n'ont pas besoin de bouclier fiscal,ils ont besoin de l'essentiel. Que des français modestes puissent voter pour des candidats conservateurs qui sont la pour préserver les intérêts des plus riches doit faire doit faire mourir de rire Madame Bétencourt et toute la jet set.

Certains diront que la situation n'a guère changé depuis six mois . D'abord comment l'aurait-elle pu fondamentalement en si peu de temps sans baguette magique ni poudre de perlimpinpin ?. François Hollande et son gouvernement maintiennent le cap du programme présidentiel dans une tempête internationale , avec des caisses nationales asséchées par la droite et quelques bombes à retardement . Malgré ce , bien des choses ont déjà été faites en six mois : création de 150 000 emplois d'avenir pour nos jeunes, gratuité des terrains publics pour construire des logements sociaux, baisse de 6 centimes des tarifs de l'essence durant 3 mois, suppression de la TVA Sarkozy, encadrement des rémunération des dirigeants dans les entreprises publiques, augmentation du SMIC de 2%....

Puis si vous voulez vraiment savoir quelle est la différence essentielle entre la droite et la gauche dans une situation qui oblige à une extrême rigueur budgétaire c'est simple. Quand un gouvernement de droite est au pouvoir c'est le peuple qui paye la rigueur en sabrant en plus les services publics qui bénéficient à tous , lorsque c'est un gouvernement de gauche le principe de base est une juste contribution proportionnelle à ses moyens dans le souci de l'efficience des services publics d'intérêt général. Voyez  ce que à quoi nous avons  échappé. Ce n'est peut être pas grand chose mais cela fait toute la différence dans le porte monnaie de la majorité des français. Croire qu'il faut faire payer le plus grand nombre pour que les plus riches continuent à s'enrichir pour ensuite distribuer c'est croire au Père au Noël versus UMP . On peut toujours commander ,mettre de gros souliers , mais on attend toujours les cadeaux même en envoyant des réclamations à Père Noël.fr . D'ailleurs la droite a beau critiquer , ce n'est pas elle non plus qui a baissé le salaire des ses ministres , ni engagé une réforme sur le cumul des mandats . Le gouvernement de François Hollande l'a fait.

Tout cela pour dire, que la situation est difficile pour de nombreux Français et qu'on ne peut que comprendre l’impatience et les cris d'alarme mais que ce n'est pas pendant la traversée qu'on juge un capitaine et un équipage mais en constatant s 'il on est arrivé à bon port ou non à l'issu du voyage . Ce n'est pas non plus pendant la traversée qu'on débarque un membre de l'équipage qui va dans le même sens . C'est comme en rugby, sortir un joueur pour en ajouter un à l'équipe adverse c'est contre productif.

Dolorés Roqué est un membre de cet équipage , elle est un trait d'union du territoire. Elle est à la fois un maillon de la majorité présidentielle qui soutient le changement dans la durée et une représentante du Biterrois  à l'Assemblée Nationale .Pour toutes ces raisons , il est important que chaque citoyen s'exprime dimanche prochain . Si vous vous abstenez rassurez vous , ils ne s’abstiendront pas. Le Bitterois ne peut pas retourner en arrière . La situation du territoire après des années de gestion de droite est dramatique . Ne ramons pas à contre sens. Dimanche 16 décembre Il n'y a qu’un seul choix pour l'avenir, c'est Dolorès Roqué, candidate de la majorité présidentielle.