Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/05/2012

Salaires des dirigeants : ce plafond qui fait baisser les têtes pour la relever

François Hollande l'avait dit dans son programme présidentiel ,salaires dirigeants, plafond, François Hollande les salaires des dirigeants des entreprises publiques verront leurs salaires limités à 20 fois le salaire minimum pratiqué dans l'entreprise. Jean- Marc Ayrault vient donc d'annoncer les contours de cette mesure qui apparaît on ne peut plus logique , surtout en période de crise . Elle concernera non seulement les nouveaux contrats mais aussi la rémunération des dirigeants d'entreprises publiques actuellement en fonction. Les entreprises concernées sont celles dont l'état contrôle la majorité du capital comme la Poste, EDF, AREVA , la SNCF...

Lire la suite

18/04/2012

Pourquoi les riches achètent de l'action Sarkozy

Comment se porte l'action Sarkozy ?

Si l'on se base uniquement sur son action , c'est à dire son bilan pendant cinq ans autant dire que l'action de l'actuel président candidat vaut un triple Z de toutes les agences de notation de la planète et même des institutions intergalactiques.

Par contre si l'on se place du coté financier, il est évident quefortune.jpeg pour les plus riches l'action Sarkozy a été d 'une rentabilité exceptionnelle à court terme . Pas besoin d'être grand analyste boursier pour dire que le véritable « bon du trésor pour grande fortune » qu'est le « bouclier fiscal », a payé cash , tout de suite et continue de payer même sous une forme très partiellement modifiée en 2011 . D’ailleurs même l'Expansion, qui est loin d'être un journal d'opinion a relevé sur la base d'un rapport de l'assemblée de 2009 que « les 100 foyers qui ont reçu le plus d'argent de la part du fisc ont capté plus du tiers du total des restitutions, avec un chèque de 1,15 million d'euros en moyenne. Mieux, les 1000 bénéficiaires les plus importants ont reçu à eux seuls 337,2 millions d'euros. Ce qui revient à dire que 5 % du total des foyers fiscaux qui ont fait jouer le bouclier ont reçu à eux seuls 74 % des sommes reversées par le fisc . »

Sans parler des autres mesures favorables aux plus riches , vu les gros chèques reçus simplement avec le bouclier fiscal,  l'affaire a donc été très rentable pour un montant des dons théoriquement plafonné ( 7 500 euros annuel par partis et 4 600 euros aux associations de financement des candidats) . Soit 12 100 euros qui seront en plus défiscalisés à 66%. Autant dire une bagatelle pour des citoyens fortunés mais une fortune pour nombre de français car cela représente plus de 90% d'un Smic net annuel .

Alors , au vu d'un tel rapport , il n'y a rien d'étonnant que le club de « gentils riches donateurs » de l'UMP se réunisse de temps à autre dans des palaces parisien ( lire article du monde: «  la campagne de Sarkozy a déjà recueilli plus de dons qu'en 2007 »). D'ailleurs Le Canard enchaîné du jour nous révèle que pendant que l'actuel président sortant haranguait ses derniers supporters à la concorde « Une cinquantaine de membres du Premier cercle, le club des donateurs les plus généreux de l'UMP, ont déjeuné dimanche au Crillon, célèbre palace parisien donnant sur la place de la Concorde ... »( source le monde : «  Des grands donateurs de l'UMP réunis avant le meeting de Sarkozy à la concorde . » )

Au final rien de nouveau en ce bas monde du coté des puissants. Rien de plus à l'horizon qu'un petit club de privilégiés qui tiennent à conserver le pouvoir, et à ne pas trop contribuer . Un petit cercle de nantis qui relève plus d'une assemblée générale d'actionnaires que d'une démarche citoyenne .Alors,  pour répondre à la question première , si l'action «  Président du Fouquet's » demeure toujours un bon placement pour les grandes fortunes (mais pas  pour l'intérêt général ) , ce qui est sur c'est que c'est un produit toxique pour la France.

Heureusement , les mauvaises choses ont aussi une fin et le changement c'est maintenant !

27/08/2011

Niches fiscales et sociales : Les vieux nous coutent et Fillon est vertueux

L'état a commandé un rapport sur les niches fiscales que le Figaro, journal de gauche bien connu,  « s'est procuré en avant première ». Selon cette "étude" 125 niches inefficaces coûtent 11,7 milliards . Parmi les niches,  l'abattement de 10% sur les pensions et retraites couterait à lui seul 4,3 milliards. Par contre , comme par hasard,  l’allégement sur les bas salaires serait très vertueux . Vu la manœuvre , Il ne faut pas être sorcier pour deviner où l’actuel premier ministre  prévoit encore de dégager des ressources supplémentaires.  C’est à dire encore sur le dos des retraités . Dans l’incapacité de prendre de réelles mesures et d’agir sur l’économie, il préfère taxer les pensions de retraite. Sauf que  le   fameux  allégement sur les bas salaires appelé communément  « allégement Fillon  » et qui serait  si vertueux coute à la collectivité entre 21 et 23 milliards d’euros par an.  Son principe anti économique consiste à exonérer de manière dégressive les cotisations patronales de sécurité sociale jusqu' à  1,6 Smic pour soit disant favoriser l’embauche des personnels peu qualifiés, éviter la délocalisation, améliorer la compétitivité  internationale  .  Sauf qu’en réalité un employeur n’embauche qu’en fonction de son carnet de commande,de la viabilité de son entreprise, et de sa productivité, puis il est à espérer que la France  n’arrive jamais au niveau de dumping social de pays tels que la chine. Donc dans les faits cette mesure   revient à favoriser le maintien de bas salaires et accessoirement à augmenter la rentabilité de grandes entreprises, ce  en diminuant le cout du facteur travail au détriment de la collectivité . L’allégement Fillon n’est pas efficient car la collectivité paye  plusieurs fois. La première fois  elle paye l'allégement ,  puis elle compense les bas salaires par l’ouverture éventuelle de droits à des prestations  sociales , elle favorise aussi des allégements  divers à des services collectifs pour lesquels la participation financière est  fonction du quotient familial, et surtout  elle mets en œuvre un mécanisme qui  tire  les salaires  vers le bas et prive ainsi l’état, toutes les caisses, toutes les collectivités de recettes potentielles . Enfin cette politique en faveur de la stagnation des  salaires  dévalorise  le travail , ce qui constitue  un facteur de démotivation des salariés et pénalise les employeurs qui ont une politique des ressources humaines progressiste. La poursuite  du financement exorbitant  d’une cette mesure qui plombe les salaires   est donc une ineptie . A  véritablement agir  de manière pertinente sur l’emploi et le pouvoir d’achat ne  serait-il pas plus efficient de subventionner l’augmentation des salaires ?