Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/09/2010

Le prix de l'Hours

Après une longue hibernation « l'Hours » semble peut être sorti de sa léthargie couteuse. Pas facile d'ouvrir un complexe commercial classique dans une zone concurrentielle et en période de baisse du pouvoir d'achat. Il faut dire que faute à la crise ou alors parce que le projet n'est pas si pertinent que cela l'opération a été loin d'attirer foule d'enseignes. Un projet original axé sur les ressources locales et le développement durable aurait sans doute été plus novateur qu'un copié collé à deux pas du canal du midi . Quoiqu'il en soit après injections successives de cautions, d'avance de trésorerie, de participation financières de la villeet de l'agglo lle polygone biterrois devrait être inauguré le 15 septembre... avec ou sans enseigne culturelle locomotive. On ne peut pas dire que Raymond Couderc ait communiqué dans la transparence sur ce dossier . Pourtant les engagements massifs cumulés de l'agglo et de Béziers l'auraient exigé . Le bien fondé de la prédominance de l'investissement public dans ce projet commercial et immobilier privé à risque reste contestable. En cas d'échec c'est bien la collectivité qui paiera au final l'addition. La preuve étant qu'il n'était pas prévu initialement que l'agglomération intègre 3000 m2 de locaux du polygone et qu'elle va s'acquitter d' un loyer conséquent pour des locaux déjà financés majoritairement par des fonds publics. A quand le déplacement de la fourrière municipale au polygone si les parkings de l'hours sont inoccupés ? Enfin il est probable que ce nouveau pôle engendre un déséquilibre commercial à l'échelle de la ville . Le centre ville qui a été négligé durant des années par l'actuel maire de Béziers connait des difficultés réelles. La désaffection de ces commerces constituerait non seulement un coup de grâce pour les commerçants mais aussi pour un Béziers orphelin de son coeur.. La liaison avec le centre ville et le nouveau centre commercial qui avait été évoquée n'a pas été réellement pensée et elle n'est en tout état de cause pas opérationnelle. La navette ne peut constituer à elle seule un axe de liaison. Toutes ces questions n'ont pas été suffisamment préparées et réfléchies dans une cohérence et une stratégie globale. Si l'on ne peut que souhaiter que tous les commerces de la ville y compris ceux du polygone soient prospères et générateurs d'emplois on ne peut que regretter l'absence de vision globale et d'avenir de Raymond Couderc . L'affiche de l'inauguration du polygone représente un taureau fleuri espérons que la prochaine ne soit une vache à lait encerclée de vaches maigres.

08/09/2010

Béziers au placard du scellier ?

Le secrétaire d'état au logement Benoît APARU collègue UMP de Raymond COUDERC et d'Elie ABOUD aurait inscrit Béziers dans sa liste noire des mauvais élèves du dispositif Scellier car de nombreux logements neufs seraient inoccupés . La sanction serait l'éviction de Béziers de cette réduction d'impôt en faveur du logement neuf à destination locative. Selon Raymond Couderc qui ne badine pas ni avec la rumeur ni avec ce qui serait peut être finalement remis à plus tard , le taux d'occupation est satisfaisant . Il mets même en avant le potentiel de Béziers. Si Béziers a effectivement un vrai potentiel , le problème est qu'il ne sait pas l'exploiter. Certes on voit des grues partout et des rues cabossées mais comme dans bien d'autres domaines on a du mal a comprendre la cohérence de la politique du logement de l'actuel Maire . Pour qui ? Pourquoi ? Quelle perspective ? Bien des questions sur la pertinence économique et l'urbanisme se posent. D'ailleurs malgré un flux migratoire de population sans précédant dans le Languedoc , la croissance de la population Biterroise est inférieure de 5% à celle du département. Ce qui pose quand même question sur le travail d'attractivité réalisé par Raymond Couderc et sur ses prévisions d'expansion. Enfin et ce n'est pas le moindre le centre ville est laissé à l'abandon. Béziers ne peut développer en trahissant son coeur et son histoire . L'épitaphe « rue des commerces morts » inscrite sur un magasin du Béziers historique est significative d'un véritable drame .

23/05/2010

L'innovateur du dimanche

Le commerce n'est décidément pas la tasse de thé du maire de Béziers. Raymond Couderc ne sait plus comment faire pour tenter « d'innover » à tout prix. Dans l'incohérence la plus totale d'initiatives contradictoires, comme d'habitude. L'ouverture saisonnière des commerces le dimanche à Béziers ne peut constituer une plus-value que si elle participe à une stratégie globale. Or la politique d'aménagement du coeur de ville et de dynamisation du commerce de Raymond Couderc est très loin d'être probante. L'ouverture de commerce le dimanche induit un travail sur l'attractivité de la ville que l'actuel Maire a négligé. Elle implique aussi que les commerçants fassent un chiffre d'affaires suffisant pour que ce jour supplémentaire d'ouverture soit rentable . Si l'objectif est que les boulangeries soient ouvertes c'est déjà fait. Maintenant si Raymond Couderc souhaite à mot couvert annoncer que les futurs commerces de l'Hours bénéficieront d'une ouverture saisonnière qu'il le dise clairement , notamment aux commerçants du centre ville. Si c'est une offre promotionnelle pour tous les commerces de l'Hours qui sont encore vides à trois mois d'une possible ouverture qu'il le dise aussi . Dans tous les cas cette politique hasardeuse et brouillon risque de rompre un équilibre fragile . En matière économique comme dans d'autre domaines Raymond Couderc semble ignorer qu'il n'y a nul vent favorable pour qui ne sait ou il veut aller.