Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/05/2011

Logements vacants: se moque-t-on des Biterrois?

Les Socialistes de la section Béziers 2 ont pris connaissance la semaine dernière avec stupeur de la question posée par le sénateur-maire UMP de Béziers, M. Couderc, au secrétaire d'état Eric Besson, concernant la taxe sur les logements vacants. Le nombre de redevables a diminué de deux tiers, et le maire dénonce des propriétaires fraudeurs pour demander plus de contrôle...

On se moque des Biterrois! Pour le PS du 2ème canton, la vraie cause de ce nombre stupéfiant de logements vacants, c'est la politique totalement déséquilibrée de construction de logements par la droite municipale. Les groupes immobiliers ont été largement favorisés pour construire des appartements défiscalisés ou des lotissements en périphérie, qui mitent le territoire communal.

L'absence de réfléxion sur les problèmes que va poser l'extension de la ville en terme de transports, de pollution, de risques naturels nous semblent inquiétants pour l'avenir. Le centre-ville ne bénéficie que de mesures gadgets (création d'adjoints, de managers, animation des vitrines), ses logements ne trouvent pas preneurs, et le représentant local d'un gouvernement de droite qui a favorisé ce phénomène (loi Scellier, de Robien) se permet des effets de manche au sénat! Pour les socialistes, Béziers mérite une politique d'aménagement cohérente: réhabilitation des logements du centre-ville, espaces collectifs pour les immenses lotissements du Nord et de l'ouest, programmes immobiliers mixtes (sociaux, plafonnés), priorité donnée aux transports doux...

13/12/2010

Couderc ou la théorie du complot

Dans un entretien publié dans le midi libre du 13/02/2010 le maire de Béziers , après un silence reposant, s’est exprimé sur différent points. A vrai dire son discours parcellaire est un peu brouillon . Mise à part une volonté de chercher querelle pour tenter de gagner en crédibilité il est difficile de trouver de la cohérence . Il va même jusqu'à inventer une conspiration fiscale régionale et un système abracadabrantesque . Si ça continue, il va bientôt écrire le "Da vinci Languedoc ", puis le 4ème volet du « parrain à la mode de chez nous ». Enfin il s’essaie au conte de fées en promettant une baisse du chômage d’un coup de baquette magique, alors même qu’il est incapable de conduire une politique économique performante sur le biterrois. Il prétend même sortir 6000 emplois d’un chapeau. Quelle misère… de la à considérer cela comme de l’amateurisme il n’y a qu’un pas . Si Béziers n'était pas tant dans la difficulté à cause de sa gestion il y aurait de quoi sourire....Sauf que dans la vraie vie la hausse historique des impôts locaux à Béziers et le fiasco de l’Hours ne sont pas virtuels. Il est décidément plus aisé de s’essayer à la théorie du complot que de faire ses preuves à l’échelle locale . Les citoyens apprécieront de quel coté se situent la compétence et l’avenir de la région.

09/11/2010

Fin de campagne du dimanche

La demande de Raymond Couderc pour le classement de Béziers en zone touristique qui devait permettre la fameuse ouverture le dimanche en période estivale a été retoqué à juste titre par la Préfecture . Pour une fois ni clairons ni trompettes pour cette information que le maire de Béziers aurait bien voulu qu'elle passe inaperçue. Il paraît évident que dans le contexte actuel la ville de Béziers ne bénéficie pas d'infrastructures d'accueil suffisantes et adaptées . Mis à part durant la Féria la réalité de l'activité touristique est virtuelle . Il en aurait pu être autrement vu les atouts de la ville mais la politique qui est menée par l'actuel maire depuis 15 ans et celle de son premier adjoint Elie Aboud n'ont pas su promouvoir de véritable schéma de développement économique en matière de tourisme . Avant l'été, à l'orée de l'ouverture du polygone , Raymond COUDERC s'est subitement aperçu que le tourisme environnant pouvait aussi bénéficier à Béziers. Sans doute dans le but exclusif d'une ouverture du complexe le dimanche en saison estivale et aussi pour stimuler la commercialisation alors difficile des espaces du nouveau centre commercial de l'Hours. Sauf que le classement en zone touristique est une chose sérieuse qui ne souffre pas d'amateurisme. Cette demande peu réaliste a peut-être constitué un coup médiatique, suscité une polémique mais n'a pas fait avancer les affaires de Béziers ni de ses habitants. L'intérêt général et le développement de la ville mériteraient une véritable réflexion avec l'ensemble des partenaires dont notamment les professionnels du tourisme et du commerce . Malgré ce , comme à l'accoutumée le maire de Béziers a été peu enclin à la concertation , au véritable partenariat et encore moins à la contradiction. A l'époque, il avait même qualifié ses détracteurs de « Pisse vinaigre » ...sa réflexion était un peu courte....