Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/04/2013

Béziers : Etre un bon Maire cela ne s'improvise pas

Il ne fallait pas être grand devin pour anticiper la réaction du Maire de Béziers face à l’article du Monde qui a dépeint la triste réalité économique de Béziers et dont le titre évocateur  est "A béziers, l'hémoragie de l'emploi fait bondir le chômage à 15,5% ". On peut penser que selon le premier magistrat de la ville le monde se décompose en trois types de sujets : « les roumégaires », c'est à dire tout ceux qui ont une conception différente de la sienne , les « mauvais professionnels », c'est ceux qui ne font pas leur boulot et osent montrer ce qui ne saurait être dit et enfin une amicale municipale , seule catégorie qui a grâce à ses yeux, mais qui tend à se réduire à peau de chagrin. Inscrite dans le marbre municipal , l'ultime conclusion de cette quadrature du cercle étant « le Maire a toujours raison, le Maire agit toujours à bon escient, le Maire a la science infuse  ».

Ainsi , comme pour l'INSEE dont il a contesté le fondement de la méthode, comme pour le magazine Capital qui n’avait pas fait un travail sérieux , comme l'Express qui n'a rien d'un titre d'information , bref comme tout ce qui est dit ou écrit et que l'actuel Maire ne saurait entendre ni voir, Le Monde à l'honneur de rejoindre le cercle prestigieux de ceux qui en veulent à Béziers . Résultat, à peine l'article publié , le journaliste spécialisé dans les questions économiques qui a osé colporter une situation bien réelle s'est vu affublé d'un zéro pointé vengeur. Il a même été accusé manu militari d'être en service commandé.

Donc Selon le Maire de Béziers il n'y aurait pas 21 000 chômeurs , les commerces de centre ville ne fermeraient pas les uns après les autres , le bâti ancien ne serait pas dans un état vétuste , la situation économique ne serait pas catastrophique. En vérité, conformément à la doctrine municipale officielle toutes les difficultés que les biterrois vivent au quotidien sont le fruit des élucubrations d'un mauvais journaliste spécialement venu de Paris pour commettre un article à charge . D'ailleurs d’après l'actuel Maire , qui doit sûrement avoir lui même une grande expérience du métier ou avoir enseigné dans une école prestigieuse de journalisme, « être un bon journaliste ne s'improvise pas » . Pour pallier à cette carence, peut être envisage t-il de suggérer à une université privée d'implanter une filière spéciale de formation aux métiers du journalisme dans les anciens locaux de l'IUT.

Sommes nous encore vraiment en démocratie à Béziers quand le Maire dénigre systématiquement l'expression des citoyens, la compétence et l'indépendance de la presse ? Demain à qui le tour ?

Il serait temps d'appréhender avec lucidité les difficultés et les potentiels pour construire des perspectives et une alternative pour Béziers. Pour cela il faudrait commencer par avoir une analyse sereine de la situation, écouter et essayer de comprendre. S'il est certain que la crise constitue un contexte défavorable qui ne lui est pas opposable , le Maire de Béziers ne peut ni se dédouaner de ses responsabilités, ni ne pas assumer son bilan de 18 longues années . Il a fait des choix, les résultats et les difficultés sont la. Ce qui est en cause c'est l'absence de véritable politique économique à Béziers mis à part un patchwork d'opportunités et de coquilles vides qui semblent éclore au grès des vents et des humeurs . Il ne suffit pas de servir un discours qui se veut offensif . Rappelons par exemple que la demande précipitée de classement de Béziers en secteur touristique avait été retoquée pour des raisons évidentes par la Préfecture alors même que le tourisme constitue un axe de développement.

Sans véritable stratégie , sans cohérence, sans concertation, sans réelle démarche de partenariat  et sans travail de fond point de salut. Être un bon journaliste, comme être un bon Maire ou un bon Président d'agglomération cela ne s'improvise pas.

26/04/2013

Edition spéciale Béziers : le Monde des Roumégaïres

Après l'Express, Capital, L’INSEE la presse nationale n'a encore de cesse que de "rouméguer et barjaquer " sur l'état de Béziers . Maintenant c'est le quotidien le Monde qui s'y colle en publiant un article qui met en lumière la situation catastrophique de la ville.

D’ailleurs si l'article était vraiment pédagogique,  il aurait pu commencer ainsi : « Bienvenue dans la vraie vie Monsieur le Maire de Béziers , pas celle que vous imaginez mais celle que vivent les biterrois au quotidien après 18 longues années de choix économiques, urbanistiques et structurels inopérants  ». Chômage exponentiel, magasins fermés, état délabré du bâti en centre-ville. La dure réalité est que Béziers compte aujourd'hui plus de 21 000 chômeurs et qu'un commerce sur deux est fermé mais à part ça tout va très bien tout Madame la Marquise.

On connait d'avance le refrain local, il risque de passer en boucle sur toutes les chaines municipales :" les journalistes du Monde n'aiment pas Béziers ".  Sauf qu'en réalité le Monde ne dit rien de plus que ce que tous les habitantes et les habitants et de Béziers savent et vivent , tous sauf Monsieur le Maire de Béziers.

Midi libre a mis en ligne un sondage sur l'avis des lecteurs à propos de l'article du Monde qui fait le constat de la situation économique dramatique de Béziers. Il n'y a pas photo samedi 27 avril à 12H00 88,4 % des personnes qui ont répondu au sondage pensent que le constat fait par le Monde est réel et seul un quarteron de 3,2% de sondés le trouve absurde

Cherchez qui est malheureusement dans le vrai ( capture d'écran Midi Libre 27/04/2013 ) :

sondage midi libre article du monde.jpeg

19/04/2013

Couderc veut acheter Béziers

Raymond Couderc vient de déposer le nom «  j'aime Béziers », c'est son droit il paye. Les biterrois s’exprimeront prochainement sur cet amour dont il n'est vraiment pas sûr qu'il soit réciproque, c'est leur droit l'amour ne s'achète pas.
D'ailleurs quelles raisons objectives auraient-ils de ne pas envisager sérieusement la rupture alors que la situation de Béziers n'a cessé de se dégrader :

  • Le marché de l'emploi s'est encore détérioré à Béziers en 2012. Le taux de chômage en augmentation constante est de 16,5% de la population active et le bassin d'emploi continue à s'éroder.
  • La précarité ne cesse de croitre le Biterrois compte 18000 bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active. C’est-à-dire une évolution de +40% en 4 ans
  • L'économie de Béziers s'effondre à cause de mauvais choix et de l'absence de véritable politique économique. On constate les dégâts avec plus de 100 magasins qui ont fermés en 3 ans dans l'écusson du centre ville.
Quand on connait les véritables préoccupations de la population et qu'on défend l'intérêt général, on ne peut pas dire que "j'aime Béziers" est une marque de respect pour tous ceux qui vivent ces difficultés au quotidien et qui attendent autre chose qu'un slogan publicitaire.
Claude ZEMMOUR
Conseiller Régional