Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/07/2013

Quand notre pognon file à grande vitesse

A l'heure ou le financement du TGV semble être remis en cause car les caisses de l'état sont exsangues, Vinci comme d'autres groupes qui ont des juteuses concessions de service public continuent à se faire du beurre sur nos côtelettes : "Cinq milliards de cash dormaient dans les caisses de Vinci à la fin 2010" alors que la Grèce était quasi en cessation de paiement .En effet l'état français a été assez pigeon pour "céder pour vingt-sept ans ces machines à cash pour un prix ridicule de 14,8 milliards d’euros".

Les ténors de la droite peuvent bien brailler aujourd’hui car c'est bien le gouvernement Villepin qui a finalisé cette mauvaise affaire et des mauvaises affaires comme celle la qui permettent à des grands groupes de se remplir les poches sur le dos des contribuables il y en a un paquet.

Il y a des moyens de financer la LGV , utilisons les . Quitte à légiférer pour taxer tous les bénéfices des concessions mal négociées. Pas de risque , personne ne délocalisera ni les autoroutes , ni le réseau .Ce qui n'est pas possible c'est de ne pas financer le TGV car c'est vital pour un développement des régions à l'échelle européenne. Ne pas investir c'est un peu comme le coup du boulanger qui n'achetait pas de four à pain pour faire des économies.

La LGV du Languedoc c'est une passerelle entre l’Europe du Nord et du sud et un pont vers l 'Afrique . C'est une priorité pour l'Europe , pour la France , pour le Languedoc Roussillon.