Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/02/2013

Lycée Marc Bloch : La Région finalise le 5ème élément à Sérignan

Réalisé par la Région Languedoc Roussillon, le lycée Marc Bloch de Sérignan, en phase de finalisation,accueillera 600 élèves du biterrois dès la rentrée prochaine .Il est conçu pour accueillir à terme 1588 élèves .

Construction exceptionnelle à la mesure des défis du 21ème siècle, le lycée Marc Bloch , élaboré selon des critères de haute qualité architecturale et environnementale permettra aux élèves et aux enseignants de travailler dans des conditions optimum et de désengorger les lycées biterrois actuellement à saturation.

Si le challenge de sa finalisation dans les temps et dans le cahier des charges est en passe d'être atteint par la Région Languedoc Roussillon qui a investi 55 millions d'euros dans ce projet déjà considéré comme une référence nationale ,rappelons quand même que l'actuel Maire de Béziers, a freiné des deux pieds l’implantation d'un 5ème lycée à Béziers par pure stratégie politicienne , au détriment de l'intérêt général , de l'enseignement et des jeunes . Ce qui fait qu'il a finalement été construit a Sérignan.

Visite virtuelle du Lycée Marc Bloch sur Languedoc Rousillon Amménagement 

MBLOCH.jpeg

23/02/2013

Ancien IUT : Grande braderie de Béziers

Les bureaux du polygone ne trouvent pas preneurs ? L'agglo s'y installe ! L'IUT reste vide ? On installe un centre universitaire privé qui délivrera des diplômes étrangers, désapprouvés par les professionnels, par le rectorat et par le gouvernement !

Le Maire de Béziers , Président de la CABM et de la SEBLI n'en finit pas de faire des tours de passe passe et de faire faire des mauvaises affaires aux biterrois et aux habitants de l'agglo .

Les conditions du projet d’installation du centre universitaire privé ancieniutbeziers.jpegFernando-Pessoa dans les anciens locaux de l'IUT de Béziers constituent une succession de scandales :

  • les locaux sont restés vides durant deux ans

  • la SEBLI qui a acheté les locaux à la CABM ne s'est pas acquittée du prix de vente en 2011 comme il était convenu

  • le prix de location convenu de 5000 € mensuel est ridiculement bas pour une infrastructure de 2700 m2, comprenant un parking de 150 places, deux grandes salles pouvant recevoir 100 personnes, 27 salles de cours, une trentaine de classes de travaux dirigés, une dizaine de bureaux,une cafétéria. Il correspond tout juste au prix de location d'une boutique au polygone.

  • L'université Fernando-Pessoa délivre des diplômes portugais de médecine qui contourneront le numerus clausus valable en France. Cette mise en concurrence des étudiants est dangereuse, d'autant plus qu'elle se fera sur une sélection par l'argent (9400 euros de frais d'inscription) et dans des conditions discutables.

Si la droite biterroise s'affole à juste titre à l'approche des élections ce n'est pas une raison pour qu'elle poursuive de brader Béziers au privé . D'autres projets d'intérêt public beaucoup plus rentables sont envisageables par exemple dans le cadre de délégations de service public.

Les socialistes Béziers 2ème canton ne laisseront pas l'actuel responsable de la CABM et la SEBLI brader et sous utiliser cet équipement dont la construction a été assumée par la collectivité. Ils feront part de leur position y compris en haut lieu . 

20/02/2013

Ou est le bœuf ?

S'il existait une pilule miracle , même générique , contre l’amnésie nul doute qu'il serait-il utile de la conseiller à l'actuel député de la 6ème circonscription de Béziers qui semble subitement découvrir la réalité économique du pays après 5 années de silence radio sur le sujet .

Il pourrait ainsi se rappeler que :

bif.jpeg

  • le budget 2012 a été élaboré et voté par la droite qui a dirigé la France jusqu'en mai

  • La croissance était négative le premier trimestre 2012

  • Les gros plans sociaux ont fait l'objet de tractations pour qu'ils ne sortent pas avant les élections.

  • La fusion Assedic/Anpe qui a donné naissance au pôle emploi a été négligée par le précédent gouvernement, au mépris d'une bonne gestion des ressources humaines , ce qui a engendré la déstabilisation que l'on connaît.

Enfin ni  l'année 2013, ni le quinquennat ne sont terminés et il conviendra d'en faire l'analyse à terme avec des éléments avérés.

La France , la  situation de crise,  méritent mieux qu'une opposition stérile et une stratégie qui consiste à faire feu de tout bois au mépris des faits.

De la à penser que le député local et ses collègues de l'UMP tentent de nous faire prendre du cheval pour du bœuf il n'y a qu'un pas .