Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/06/2012

Les folies biterroises: un urbanisme débridé et dévastateur

Les dossiers du conseil municipal du 25 juin 2012 seront largement consacrés à l'urbanisme, notamment parce que beaucoup de compétences sont maintenant assurées par la communauté d'agglomération. Les décisions urbanistiques du conseil municipal concernent surtout des programmes financiers de type Programme de Rénovation Immobilière, ou Programme de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés, ou encore les bilans d'activité des Zones d'Aménagement Concerté.

A Béziers, l'urbanisme n'est pas un débat citoyen, grue.jpegune politique cohérente. Il se pratique dans le bureau du maire, sur des petites maquettes, où le souci de laisser sa trace semble outrepasser la volonté d'organiser l'espace public. Lundi prochain, justement on discutera des ZAC de l'Hours, de la courondelle, des grandes vignes, du capiscol, du quai port neuf, mais aussi des programmes de rénovation immobilières du centre-ville et des arènes romaines, ou encore de la dotation de développement urbain (dont un quart était dévolu à la videosurveillance). Que dire de tous ces dossiers techniques?

A Béziers, comment parler de politique ou de projet urbain quand des quartiers entiers sont laissés à des promoteurs immobiliers pour construire des banlieues pavillonnaires. Comment parler de projet urbain quand l'UMP dépense plus d'argent pour aménager un centre commercial que pour revivifier un centre historique largement désertifié par ce même centre commercial? Béziers est un site pittoresque, perché dans une boucle de l'Orb, et l'organisation de l'espace urbain, des transports et du logement s'en ressent, avec un développement à l'est continu depuis le début du XXème siècle. Mais n'est-on pas allé trop loin, n'est-il pas temps de stopper un étalement urbain qui rend difficile voire impossible l'accès aux services publics, aux infrastructures de loisirs, aux manifestations culturelles et sportives, pour tous les Biterrois?

Notre ville connaît aujourd'hui, du fait de cet étalement, un phénomène de fragmentation spatiale inquiétant, qui conduit à une ghettoïsation marquée de l'espace urbain avec la relégation des catégories sociales défavorisées au centre-ville ou dans des faubourgs dégradés, et l'enfermement des catégories favorisées dans des quartiers résidentiels de plus en plus fermés dont elles ne sortent plus.

Comme socialistes, cette situation dangereuse doit urgemment être traitée par une politique cohérente de densification et d'organisation de l'espace, aux antipodes d'une privatisation désastreuse de l'aménagement urbain: ce n'est pas aux promoteurs immobiliers de décider l'avenir des habitants de Fonseranes, de la Courondelle ou de Montimaran. Nous voulons organiser des quartiers vivants autour de centres, d'espaces publics et collectifs, où l'égalité de tous dans l'accès aux services publics est assuré. Il est grand temps, alors que la plus grande commune de l'Hérault pour sa superficie n'a jamais fait l'objet de réflexion pour penser son aménagement autre que par la bétonisation et la destruction des espaces naturels.

Depuis 20 ans, une grande médiathèque d'agglo, une grande piscine d'agglo, un quartier universitaire, des salles de concert sont venues concentrer, vitrifier, sanctuariser le loisir, le sport et la culture à Béziers, au détriment de leur diffusion et de leur accès dans tous les quartiers. Les nouveaux quartiers ont été pensés sans espaces collectifs, comme des "suburbs" américains. Les rues commerçantes d'un centre-ville méditerranéen des plus pittoresques ont été délaissées pour la construction d'un mail commercial, d'un centre-ville privatisé où la police est remplacée par des vigiles. Les actions culturelles, sportives, éducatives sont opérées sous forme de "coup de com" permanent sans que le droit à l'avenir des jeunes Biterrois ne fasse l'objet d'une vraie réflexion.

Les commentaires sont fermés.