Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/03/2011

champions du café du commerce

«  grand diseux petit faiseux  » ou bien l'inverse ? Sarkozy et son staff de campagne n'ont vraiment rien d'autre à faire que lancer des palabres stériles qui se voudraient être au pire d'un intérêt national et au mieux surpasser tous les grenelles .Il est en effet plus aisé de jouer au petit jeu médiatique de la montagne qui accouche d'un microbe ou au flinguage de mouches que d'apporter des solutions efficientes aux problèmes de la France. Après le flop de l'identité nationale rien de mieux pour essayer de grappiller quelques électeurs au FN qu'une bonne polémique sur « l'islam et la laïcité en France ». Comme si la question de la position de la religion et de la place de l'état n'était pas tranchée alors que le principe de laïcité est au cœur du pacte républicain . L'état ne fait pas de distinction entre les religions. Ce qui vaut pour le christianisme, le judaïsme, le bouddhisme vaut pour l'islam ou tout autre culte. De même le statut d'interlocuteur politique n'est pas reconnu aux religions . Donc nul besoin d'un bavardage supplémentaire pour dire que l'islam bénéficie strictement des mêmes droits et des mêmes devoirs que toute autre religion dans le cadre des lois de la république et que cela exclu à priori toute restriction et tout aménagement . Malgré ce depuis le début de son mandat Sarkozy n'a cessé de remettre en cause le principe de laïcité. Alors il multiplié les salves au nom d'une pseudo laïcité positive de son invention qui reconnait le fait religieux dans le débat public et accrédite le communautarisme . Il a même exprimé publiquement en qualité de Président de la république sa vison de la transcendance, ce qui est contraire aux principes de neutralité de l'état en la matière. En termes clairs Nicolas Sarkozy n'est pas laïque et il l'a d'ailleurs exprimé de nombreuses fois. Aujourd'hui face à une surenchère du front national , il surfe sur la vague xénophobe pour tenter de conserver un électorat qu'il a déçu. Sauf qu'au petit jeu de la stigmatisation et de la division il ne gagnera qu'à exacerber les incompréhensions , le rejet et favoriser le vote d'extrême droite . L'affirmation des lois de la république et de la garantie du même traitement pour tous aurait été la position d'un vrai chef d'état. Décidément, tout cela ne parait vraiment pas très catholique.